SpectaclesCréation le 15 mai 2024Théâtre national de la Colline, Paris

Terrasses

de Laurent Gaudé

Nous resterons tristes longtemps mais pas terrifiés. Pas terrifiés.
— Laurent Gaudé, Terrasses

TERRASSES
TERRASSES
TERRASSES
Terrasses
Terrasses
Terrasses
t

À Propos

Terrasses retrace les événements de novembre 2015 qui ont frappé Paris. Choisissant de ne pas s’inscrire dans une écriture du témoignage mais dans la possibilité d’une poétique, Laurent Gaudé tresse les voix multiples des victimes, passants, secouristes, policiers, infirmières, parents, pour construire un chant à opposer à la terreur et célébrer l’humanité restée debout.

L'œuvre sera présentée pour la première fois à La Colline dans le cadre d’un temps fort qui sera entièrement consacré à Laurent Gaudé. En parallèle de la création de Terrasses, Le tigre bleu de l’Euphrate sera accueilli au Petit théâtre. Les pièces seront assorties d'événements et rencontres autour des spectacles.

À la mise en scène, le créateur québécois Denis Marleau revient à La Colline après avoir présenté Catoblépas de Gaétan Soucy en 2001 et le texte de Stéphanie Jasmin Les dix commandements de Dorothy Dix en 2022.

Diffusions

15 mai au 9 juin 2024

La Colline - Théâtre National, Paris

Crédits

Texte: Laurent Gaudé
Mise en scène: Denis Marleau
Avec: Marilou Aussilloux, Sarah Cavalli Pernod, Daniel Delabesse, Charlotte Krenz, Marie-Pier Labrecque, Jocelyn Lagarrigue, Victor de Oliveira, Alice Rahimi, Emmanuel Schwartz, Monique Spaziani, Madani Tall, Yuriy Zavalnyouk, et la jeune troupe de La Colline: Anastasia Andrushkevich, Orlène Dabadie, Axel Ferreira, Lucile Roche, Nathanaël Rutter
Scénographie, vidéo et collaboration artistique: Stéphanie Jasmin
Musique: Jérôme Minière
Éclairages: Marie-Christine Soma, assistée de Raphael de Rosa
Costumes: Marie La Rocca, assistée d'Isabelle Flosi et Claire Hochedé
Maquillages et coiffures: Cécile Kretschmar, assistée de Mityl Brimeur
Design sonore: François Thibault
Conseil à la chorégraphie: Stéfany Ganachaud
Montage et staging vidéo: Pierre Laniel
Assistance à la scénographie: Marine Plasse
Assistance à la mise en scène: Carol-Anne Bourgon Sicard, Sérine Mahfoud
Fabrication des accessoires et costumes: ateliers de La Colline
Construction du décor: ateliers de La Colline, en collaboration avec Hervé Cherblanc

Producteurs
Une coproduction d'UBU + La Colline, théâtre national

La création de ce spectacle a été rendue possible grâce à l’appui financier du Conseil des arts et des lettres du Québec et du Conseil des arts du Canada.

Revue de presse

THE NEW YORK TIMES

Laura Cappelle

Now Laurent Gaudé, a prominent French author and playwright, has channeled the collective trauma of that night into a stunning play, “Terrasses”, which had its world premiere at the Théâtre National de la Colline in Paris on Wednesday. […] Gaudé and the director Denis Marleau, manage just the right amount of distance and emotional finesse to haunt rather than reopen wounds. […] The set, created by Stéphanie Jasmin, also make no attempt to recreate the various locations that the terrorists targeted. The 17 actors move like shadows on an empty stage, often speaking directly to the audience, with hazy, black and white close-ups of Paris streets projected onto a screen behind them. When attacks begin - in cafes and the Bataclan, the concert hall where 90 persons were killed – portions of the floor tilt slowly, a restrained and effective visual for the worlds being turned upside down. […] Marleau, the show’s French-Canadian director, does an outstanding job of not getting in the way. […] Moments like this are enough to make you tear up, even after the show has ended, and yet they never feel gratuitous. […] As 1st-century tragedies go, this one comes close to the lofty goal of catharsis.

C’est un choc. Profond. Bouleversant. Un moment dont la portée dépasse la simple œuvre de théâtre. À La Colline, Laurent Gaudé présente un récit choral sur les attentats parisiens du 13 novembre 2015. Mis en scène de façon exemplaire par Denis Marleau, « Terrasses » nous amène à revivre cette tragédie contemporaine. Une expérience à la fois perturbante et libératrice. […] Sur un plateau nu soumis à l’instabilité d’un sol mouvant, devant les très belles vidéos de Stéphanie Jasmin, ils font exister une cérémonie théâtrale d’une exigence extrême. Le sujet l’imposait. Suspendus à leurs lèvres comme à nos souvenirs, des phrases nous mettent à genoux.

La mise en scène que signe Denis Marleau évacue d’emblée et à raison tout sensationnalisme des faits relatés jamais illustrés – mais par la puissance évocatrice et émotionnelle des mots, des récits portés par une troupe de dix-sept comédiens, souvent remarquables, dont le jeu s’assume frontal et polyphonique.

LES INROCKUPTIBLES

Jean-Marie Durand

« Terrasses » : le récit des survivants des attentats du 13 novembre dans un spectacle édifiant. La mise en scène, sobre, tenue, de Denis Marleau, exposant les voix déchirantes des comédien·nes figé·es et pétrifié·es sur la scène nue, au fond de laquelle un écran géant exhume quelques images floues de la nuit, dégage un souffle épique évident.

Le metteur en scène québécois Denis Marleau, familier des grandes formes dramatiques, propose une mise en scène au cordeau, d'une rigueur et d'une sobriété exemplaire. Évoluant sur un plateau nu peuplé de chausse-trappes sur fond d'images mouvantes en noir et blanc, les comédien(ne)s semblent flotter dans un éther aux couleurs de l'enfer. […] Longuement applaudi, « Terrasses » a rempli sa mission : ranimer le souvenir des innocents massacrés, défier la culture de mort par l'élan vital du théâtre.

Un spectacle tendu et à couper le souffle […] Dignité et pudeur dans cette représentation cérémonielle - oratorio - de ce qui n’aurait dû avoir lieu. Sur un sol qui perd ses assises peu à peu, s’ouvrant et se refermant en des trappes traîtresses ou fissures improbables, et sous l’écran immense du lointain saturé d’images en noir et blanc indistinctes - lumières d’une nuit parisienne où se surajoutent les éblouissements des phares de voitures de police, de véhicules de secours, les images de chaises renversées et abandonnées en terrasse nocturne, des multiples fenêtres éclairées des immeubles attenants ; et le silence. Le metteur en scène Denis Marleau et la scénographe Stéphanie Jasmin font preuve de rigueur et de simplicité, au-delà de l’héroïsme ou de la violence qui avale les vies.